La crise économique a eu un impact assez palpable sur le marché immobilier en France car les investissements locatifs se sont fait rares, tout comme l’achat d’un bien immobilier.

La période la plus fructueuse en vente et location de biens immobilier remonte aux années 1994 à 2007 où le chiffre d’affaire des agences immobilières a atteint 92,5% voire 175% pour les propriétés résidentielles. Or, à partir de 2011, ce chiffre est en baisse et continue d’ores et déjà à changer fréquemment. Selon l’institut d’études économiques Xerfi, aucune raison de s’affoler puisque le marché immobilier en France se prépare seulement pour un éventuel rebond en 2016.

agences immobiliers virtuels

Un marché stable malgré un faible taux de demande

Toujours selon Xerfi, une légère hausse devrait se faire sentir à partir de l’année 2015. Les acquéreurs de biens immobiliers ne se sont pas totalement effacés du tableau de bord des agences immobilières générant un certain équilibre au niveau de l’offre et de la demande. Toutefois, même si les agences immobilières réussissent à augmenter leur chiffre d’affaire dans les années 2015/2016, elles n’obtiendront pas plus de 2% chaque année.

Menace sur la pérennité des agences immobilières actuelles

En 2013, la France comptait plus de 30 000 agences immobilières. 10% de ces agences ont fermé leurs portes suite à la persistance de la crise financière qui frappait le pays.

Les agences immobilières doivent s’armer de solutions technologiques, pour voir un logiciel immobilier de dernière génération cliquez ici. Le logiciel immobilier est l’outil indispensable de tous les professionnels de l’immobilier.

Une crise qui a largement fait chuter le résultat d’exploitation de quelques établissements qui, malgré les charges fixes, leurs produits d’exploitation ne pouvaient en aucun cas recouvrir leurs charges liées à l’exploitation.

agent immobilier futur

De plus, la plupart des établissements immobiliers qui recouraient à la cessation d’activité avaient une structure délicate.

On peut dire que l’avenir des agences immobilières est encore incertain à l’heure actuelle. Toutefois, il est nécessaire de prendre son mal en patience et d’essayer d’adapter chaque offre à la demande des futurs acquéreurs.

http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/0203542368257-les-prix-de-limmobilier-parisien-devraient-baisser-de-3-en-2014-1010192.php